Le Home Cinéma ça ne marche pas (part 3)

Il faut choisir la pièce

Ne vous y trompez pas, c’est l’acte le plus important. Pour beaucoup, c’est évident, il n’y a pas à choisir : on met le système à la place de la télé, et puis voilà.
Grave erreur…
D’abord parce qu’un système de Home Cinema n’est pas un téléviseur et qu’il ne remplace pas une télé.
Ensuite, il est beaucoup plus grand.
Mais surtout, il est beaucoup plus impliquant.
Les réflexions préalables ci-dessus ne sont pas un exercice de style, ni un mode d’entraînement à l’introspection. Elles vont vous permettre un premier choix : le système de home cinema sera-t-il installé dans le salon, dans le « living » ou dans le sous-sol ?
En pratique, votre mode d’utilisation sera radicalement différent selon la réponse à cette question.
Les caractéristiques du système devront également être très différentes.

home-theater.gif

Si votre Home Cinema se trouve dans une pièce dédiée, il correspond réellement à l’idée d’un mini-cinéma à domicile. On quitte la pièce où l’on se trouvait, on cesse l’activité précédente, pour aller regarder un film (ou tout autre spectacle). Typiquement, cela se passe après le dîner, et toute la famille descend en même temps (sauf le fiston acnéique qui doit rattraper son retard sur ses devoirs).

S’il se trouve dans la salle à manger, on profite des pubs après le JT de 20 heures pour débarrasser la table, puis on baisse la lumière, on descend l’écran enroulable (Merci à ceux qui ont pensé à ajouter la RF sur les télécommandes universelles), et on met le DVD loué quelques heures plus tôt au vidéoclub.
Avant de se poser le problème de la faisabilité de l’implantation dans telle pièce ou telle autre, il faut savoir ce qu’on souhaite, entre ces deux scénarios. Car répétés très souvent (peut-être presque tous les jours), ils vont devenir une composante de votre mode de vie.
Il faut également envisager d’autres aspects, comme les problèmes induits, par exemple : Dans le cas du système dans une pièce de vie, cette pièce est, pendant la projections, condamnée pour toute autre activité. Votre fiston (vous savez, celui qui utilise la PS-2) condamne la pièce tout le dimanche après-midi, et sa petite sœur n’est pas contente. De même, le soir, il ne peut pas faire ses devoirs à cause du bruit, et justement, il ne retrouve plus son casque insonorisant…
Si vous partagez l’appartement avec vos copains, l’installation dans la pièce commune principale va condamner ceux d’entre eux qui voulaient avoir cette discussion essentielle sur la thèse de Maschintruk « Le non-être, concept pseudo-révolutionnaire » à regarder le dernier épisode de la série « Friends ».

Maintenant, si vous avez choisi la salle dédiée, la question toute simple est : Combien de fois renoncerez-vous à éteindre la télé et aller voir un film dans votre cinéma privé, par simple « flemme » de vous déplacer ?

Bon, maintenant, partons du principe que vous avez fait cette réflexion, que vous savez ce que vous voulez, et en appréciez pleinement les implications, conséquences, responsabilités… et les plaisirs que vous apportera votre installation.
Il est temps de voir ce qui est possible.


Articles liés



© 1999-2020 SENTICOM

CONTACTFICHES PRODUITSRSS