Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

RENCONTRE AVEC LA SOCIETE SEAE

18 octobre 1999


A l’occasion du salon de la hi fi, nous avons interviewé Monsieur Frédéric Glondu, responsable du département Home Cinema de la société SEAE.

HC net : Comment une société de maintenance et de réparation électronique reconnue devient installatrice en home cinéma ?
SEAE : Nous avons récemment décidé de créer un département installation Home Cinéma car la réparation et la maintenance sont des activités de moins en moins rentables, et notre métier de réparateurs fait de nous de bons connaisseurs des machines. Par ailleurs, nous avons fait le stage THX et sommes membre du CEDIA.
HC net : Vous avez un parti pris très cinéma, expliquez nous votre philosophie ?
SEAE : Nous avons pris le problème à la base du cinéma, et choisi de faire du home cinéma 100 % orienté vers le son cinéma, avec comme état d’esprit le fait que cinéma et hi-fi ne sont pas réellement compatibles entre eux. Tous les systèmes que nous installons sont donc résolument optimisés pour le cinéma et s’adressent aux personnes qui souhaitent une pièce vraiment dédiée à la projection. Après avoir visité de nombreuses salles de cinéma afin de bien comprendre leur fonctionnement, nous avons recherché des fabricants d’amplificateurs et d’enceintes de cinéma proposant des produits intégrables chez le particulier.
HC Net : Les hauts parleurs des cinéma sont généralement prévus pour s'exprimer dans d'immenses pièces
SEAE : Effectivement, c'est pour cela que nous avons choisi de petites enceintes cinéma capables de s'exprimer dans des espaces plus petits, et « pioché » dans les catalogues professionnels pour composer des systèmes à échelle humaine... tout le monde ne possédant pas forcément une salle de 1000 m2 ! Néanmoins, la surface minimum dans laquelle nous pouvons installer nos systèmes d’enceintes reste de l'ordre de 35 m2, d’autant plus que nous utilisons quatre enceintes Surround.
HC net : Quelles sont les marques que vous avez retenues pour composer vos systèmes ?
SEAE : Pour les enceintes, nous avons choisi le fabricant Espagnol D.A.S, constructeur d’enceintes cinéma professionnelles, quant aux amplificateurs, nous avons opté pour le fabricant QSC, car c'est un des leaders dans la fabrication d'amplificateurs cinéma - ils ont en effet vendu plus de 14 000 amplificateurs aux cinémas américains rien que pour l’adjonction du canal audio supplémentaire EX que demandait Lucas Film pour la projection de l’épisode N°1 un de la guerre des étoile !... QSC nous a autorisé à distribuer ces amplificateurs, exclusivement réservés au marché pro, pour la seule raison que nous respectons une philosophie cinéma. Autrement, nous n’aurions pu le faire. Chez QSC, nous avons donc choisi la gamme DCA, composée d’amplificateurs professionnels, puissants, robustes et labellisés THX. Gage de qualité, ces deux marques sont actuellement distribuées en France pas Sennheiser.
Ne privilégiant que l’aspect cinéma, nous avons décidé de ne pas utiliser d’enceintes bipolaires, mais plutôt d’utiliser - comme au cinéma - plusieurs jeux d’enceintes arrières, au minimum deux paires. L’avantage de ne pas utiliser d’enceintes bipolaires est que le traitement acoustique de la pièce est bien plus simple.
HC net : Côté électronique, vous utilisez quoi ?
SEAE : Comme processeurs, nous utilisons un Lexicon DC2 upgradé en Surround EX. Ensuite, selon les options choisies par le client, nous avons le choix entre deux types d’équalisation : soit nous utilisons les modules d’équalisation internes aux amplificateurs, solution économique mais pas très souple dans le sens où le réglage est effectué une fois pour toutes. Dans ce cas nous utilisons trois modules XC-3 pour la séparation basse/médium aiguë et la bi-amplification active des trois enceintes avant DAS R-212, ainsi qu’un module SF-3 pour filtrer les deux caissons de basses DAS R-18, équipés chacun d’un haut-parleur de 46 centimètres...
Soit nous utilisons le tout nouveau processeur DCM2 de chez QSC qui fait office de filtre actif, d’équalizer paramétrique. Il prend aussi en charge le réglage des temps de retard de chaque enceinte et gère le Surround EX. Cet appareil ne se pilote qu’avec un ordinateur, par l’intermédiaire de sa prise RS232. L’avantage du DCM2 est de pouvoir gérer plusieurs mémoires de paramétrages selon la source et le format audio : Dolby Digital, DTS... C’est un appareil destiné exclusivement aux salles de cinéma professionnelles haut de gamme.
HC net : Quel est le prix moyen de vos installations et quelles prestations proposez vous ?
SEAE : Le système de base est proposé à un prix de plus ou moins 140 000 Francs ttc, livré et installé. Pour la partie haut-parleurs, il se compose de trois enceintes DAS R-212 pour la façade (2 boomers de 30 cm, 800 watts dans le grave et 200 dans l’aiguë), deux caissons de basses DAS R-18 (1 boomer de 46 cm et 500 Watts), et quatre enceintes DAS DS-8 utilisées en Surround (1 Boomer de 20 cm et 150 Watts de puissance totale). En ce qui concerne la partie amplification, nous utilisons des amplificateurs QSC de la gamme DCA, tous labellisés THX. Trois DCA 1222 (212 Watts par canal sous 8 ohms, 600 sous 2 ohms) sont utilisés pour bi-amplifier les trois enceintes avant, les deux autres étant utilisés pour amplifier les quatre enceintes Surround. Pour les deux caissons de basses, nous utilisons un DCA 2422 (475 Watts par canal sous 8 ohms, 1200 sous 2 ohms). Le processeur est comme nous l’avons vu un Lexicon DC-2 avec module EX et l’équalisation est gérée par les modules accessoires des amplificateurs. Si le client désire plus de souplesse, avec l’utilisation du processeur QSC DCM2 à la place des modules des amplificateurs, il faut rajouter 6000 Francs ttc, compte-tenu de la reprise des modules et de l’adjonction du DCM2. L’énorme avantage de ce type d’installation, lié au fait que le système n’est composé que d’éléments séparés, est d’être à 100% évolutif. Il suffit d’ajouter un amplificateur supplémentaire pour gérer un nouveau canal, et de faire upgrader le processeur.
HC Net : Et pour le traitement de la salle ?
SEAE : Nous avons élaboré un "kit" complet d’insonorisation et de traitement acoustique avec maîtrise absolue des ondes stationnaires pour une salle de +/- 35 m2 qui coûte 120.000 Francs ttc. En outre, nous sommes en train de modéliser trois salles types, trois concepts clefs en main, qui comprendront le son, l’image et le traitement de la salle. Premier prix : 350 000 Francs ttc.

Télécharger les documents PDF QSC ICI.
Télécharger les documents PDF Lexicon ICI.


© 1999 - 2018 SENTICOM

Contactez-nous

Flux RSS