Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

PIONEER PDV-10

27 avril 2000


La course à la miniaturisation continue, et le Pionner PDV-10 constitue à ce titre un nouvel exemple de cette tendance forte qui règne dans le monde de l’électronique grand public.

Dernier en date à se lancer dans l’aventure du lecteur de DVD portable, Pioneer propose depuis peu le PDV-L10, un lecteur de DVD portable avec écran 4/3 intégré. La hauteur du lecteur est alors quasiment divisée par deux par rapport à ceux des concurrents, tandis que l’autonomie dépasse la barre des trois heures.

La seconde version de ce lecteur vient d’être commercialisée, sous la référence PDV-10. Ce lecteur de DVD portable sans écran que nous avions découvert à l’occasion du CES 2000 de Las Vegas aux côtés du PDV-L10, se distingue par son très faible encombrement – à peine supérieur à celui d’un boîtier de DVD. Ses dimensions exactes sont de 19 centimètres de longueur, par 14,5 centimètres de largeur, pour une épaisseur de 1,8 centimètre ; il pèse 370 grammes.

Les performances du PDV-10 sont à la hauteur de toutes les espérances : compatible Dolby Digital et DTS, il est capable de lire les CD-R et CD-RW grâce à sa double diode laser. Il possède en outre des convertisseurs audio 24 bits cadencés à 96 kHz et, à l’instar de l’ensemble des lecteurs de la gamme Pioneer, il offre la possibilité de ressortir directement le signal digital 24 bits 96 kHz, via les prises digitales optiques et coaxiales, sans "Down mixer" – c’est-à-dire devoir reformater le signal en digital 24 bits 48 kHz.

Le PDV-10 est le compagnon idéal des passionnés disposant d’un tout petit espace ou devant fréquemment déplacer leur lecteur. Livré en standard sans batterie rechargeable, le PDV-10 est proposé à un prix de 4500 francs TTC.

Petite précision : le cahier des charges délivré par le consortium DVD oblige les constructeurs à reformater le signal digital 24 bits 96 kHz en 24 bits 48 kHz, ceci afin d’éviter les copies audio de trop bonne qualité. Il est par conséquent impossible de récupérer le signal digital original, via les prises digitales optiques et coaxiales, en vue de le convertir en analogique par un appareil externe tel qu’un bon processeur ou un amplificateur audio/vidéo. Pour l’ensemble des constructeurs – excepté Pioneer – l’utilisateur est donc totalement dépendant des convertisseurs 24 bits 96 kHz qui se trouvent dans le lecteur de DVD. Sans doute faut-il voir dans la décision de Pioneer ne pas se conformer aux recommandations du consortium, la volonté de conserver une cohérence à l’égard de sa gamme de lecteurs enregistreurs de DAT – fonctionnant en l’occurrence à l’enregistrement en 24 bits 96 kHz.


© 1999 - 2018 SENTICOM

Contactez-nous

Flux RSS