Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

Les câbles de haut-parleurs: vive l'empoignade - Partie 2

9 octobre 2006


Le savoir-faire masqué

Puisqu’il est difficile de trouver une réponse clairement fiable à la question de l’audibilité des câbles du côté des utilisateurs, à moins de prendre pour argent comptant des envolées lyriques de passionnés, nous pouvons regarder du côté d’autres acteurs du marché des câbles: Les fabricants.
En regardant un peu partout chez les ésotériques, on trouve des tendances dans les réalisations:

  • L’isolation contre les parasites semble faire l’unanimité
  • Le choix de métaux précieux semble très apprécié (or, argent)
  • L’insertion de boîtiers lourds et encombrants, moulés dans la masse pour être indémontables, semble être le “nec plus ultra”
  • Les câbles doivent être, au choix, très gros ou très fins. Ce qui est très mal vu, ce sont les câbles moyens

Mais ce qui me trouble vraiment est l’absence totale d’information ou de publications: Sur toute autre technologie audio on trouve des publications scientifiques ou commerciales, des argumentations, bref des informations sur “l’état de l’art”. Sur les câbles, rien…
C’est comme si les fabricants avaient acquis leur savoir-faire en secret, et gardaient jalousement ledit secret pour ne pas le partager avec les concurrents. Quand aux argumentations commerciales, elles ne divulguent absolument rien, se contentant de revendiquer soit des résultats absolument magiques, soit la mise en œuvre de matériaux et procédés extrêmement coûteux.
Donc il nous faut apprendre à vivre avec çà: les technologies qui permettent de faire des “bons” câbles sont ultra-secrètes,
Circulez, y’a rien à voir.

Quelques considérations basiques

Je n’y peux rien, j’ai du mal avec les superlatifs et un certain vocabulaire prisé par les tenants d’une certaine audiophilie. Pourtant je suis audiophile, au sens étymologique du terme, puisque j’ai une passion pour le son et l’audio.
Mais je ne peux pas m’empêcher de croire que 1+1=2 dans le système Euclidien.

Donc, pour revenir à nos moutons, je veux dire à nos câbles, quelques constatations me viennent à l’esprit:

  • Les câbles électriques standard, qui ne sont pas en cuivre désoxygéné, ont une tendance à faire du vert-de-gris autour des connexions après 6 mois d’exposition aux intempéries, un peu plus longtemps dans un environnement plus “cosy”. Comme l’oxyde de cuivre n’est pas conducteur, je suppose qu’ils ne constituent pas un choix optimum. Donc, j’ai une sorte de “principe de précaution” qui m’amène à choisir de câbles désoxygénés, de préférence.
  • La résistance des câbles s’ajoute à l’impédance de sortie de l’amplificateur dans la définition du facteur d’amortissement. Donc la résistance d’un câble doit, de préférence, être minimum.
  • Les “effets de peau”, inductances et capacitances des câbles sont autant de facteurs pouvant théoriquement affecter la transmission du signal.
  • Encore faut-il quantifier les phénomènes avant de leur accorder une importance. Je pense qu’une perte d’1/2 dB à 150 kHz est inaudible, mais qu’une déviation dans la réponse de 3 dB à 2 kHz est un défaut sérieux. Dans les débats que j’ai pu lire ou entendre sur les câbles, je n’ai jamais trouvé le moindre argument quantitatif.
  • Les signaux électriques se propagent le long des câbles, mais ne constituent absolument pas un déplacement de matière tel qu’un écoulement. Il s’agit d’un changement d’état successif des molécules du matériau conducteur. La sensibilité des câbles à des vibrations mécaniques est donc un pur fantasme.

  • Le signal audio est alternatif, par nature. S’il se propage le long d’un câble d’abord dans une direction, il se propage aussi nécessairement dans l’autre direction. Ceux qui affectent un sens aux câbles, désignant par une flèche le côté devant être raccordé à l’amplificateur et celui devant être raccordé à l’enceinte, ne savent pas de quoi ils parlent ou nous prennent vraiment pour des ****.
  • Enfin, les câbles, à l’instar de tous composants audio passifs, ne sont en aucun cas aptes à améliorer le signal, mais uniquement à le dégrader.

Patrice CONGARD

Suite de l’article très prochainement.
Retrouvez toute l’actualité concernant les câbles sur CineNow!



© 1999 - 2018 SENTICOM

Contactez-nous

Flux RSS