Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

Un Home Theater de A à Z PRO : Partie 2 Comment choisir et bien aménager la pièce

18 août 2005


Bien choisir la pièce est la première clé de la réussite dans l'installation d'un Home Theater. Dans le cas idéal d'une « page blanche », tel que décrit dans l'article précédent, version « pro »,ce problème ne se pose pas: Tout est affaire d'aménagement d'un espace encore non défini.
Dans la majorité des cas, nous avons affaire à une pièce qui existe. Pour bien la choisir, qu'elle soit uniquement dédiée au Home Theater, ou qu'elle doive rester une pièce de vie à usages multiples, il faut le faire en prenant en compte certains critères de base.

Une fois la pièce choisie, il faut l'aménager. Là encore, il vaut mieux savoir ce qu'on fait...

1. Critères de choix
Les critères de choix sont avant tout, ceux qui permettent d'évaluer l'aptitude d'une pièce à assurer un bon environnement à la diffusion vidéo et à la diffusion audio en 5.1 ou plus.

a. Critères vidéo
Les critères vidéo sont assez simples: ils sont ceux qu permettent de visionner un spectacle sur un écran, dans une pénombre contrôlée, sans gêne particulière. Bien sûr, direz vous, mais encore... Avec un peu de bon sens, on fait rapidement le tour.

-Contrôle de lumière parasite
Les ouvertures de la pièce doivent pouvoir être occultées de manière satisfaisante, et simple. Si un peu de lumière parasite peut être tolérée, elle ne doit pas être dans le champ de vision lorsqu'on regarde l'écran de face. On évitera les vérandas et autres jardins d'hiver...

-Distance
La distance entre les spectateurs et l'écran doit sensiblement correspondre à ce qu'on trouve au cinéma. Une distance comprise entre 1,8 L < D < 2,8 L est une bonne proportion, avec D = distance entre l'écran et tout siège de l'audience, L étant la largeur de base de l'écran. Il y a seulement trois ans, j'aurais préconisé 2 au lieu de 1,8 pour la valeur minimum, mais les progrès réalisés en projection vidéo permettent désormais cette souplesse.

-Symétrie
Si on peut regarder un film selon un certain angle par rapport à la normale (perpendiculaire) au plan de l'écran, il est très désagréable d'avoir une zone d'audience décalée sur un côté. Respecter une symétrie est utile en vidéo, et, nous le verrons plus tard, nécessaire en audio.

-Environnement de l'écran: « Noir, c'est noir... »
L'idéal est d'avoir, autour de l'écran, un mur noir, comme dans beaucoup de cinémas. Ce n'est pas toujours compatible avec les choix de décoration d'une pièce de vie, cela se comprend...Un bon compromis est de choisir un écran avec un bord noir.

Cependant, les bords noirs des écrans du commerce, notamment ceux des écrans déroulables, sont de largeur limitées (5 à 10 cm, typiquement). Un mur blanc autour reste perçu assez nettement en cours de projection. Il est toujours préférable d'avoir un mur gris ou d'une couleur peu voyante et mate. Saluons au passage les progrès réalisés sur les projecteurs DLP, qui ne nous imposent plus un halo lumineux gris clair autour de l'image, comme il y a encore peu de temps.
En résumé, un peu de bon sens permet de définir les critères vidéo autour d'une directive simple: Eviter la lumière parasite sur et autour de l'écran.

b. Critères audio, ou plutôt acoustiques
Là, les choses se compliquent: Non que l'acoustique soit une science compliquée en soi, mais simplement très méconnue. Un facteur aggravant vient des idées reçues, dont beaucoup sont tout simplement fausses, et ne sont jamais vérifiées ni infirmées par des conclusions aussi stupides que péremptoires du type « tout est subjectif ».
Laissons de côté l'obscurantisme, et revenons à des considérations plus précises...

-Forme de la pièce
Il n'existe pas de forme de pièce idéale pour l'implantation d'un Home Theater. Il y en a, par contre, qu'il vaut mieux éviter:

Les pièces en L, qui créent une dissymétrie flagrante dans la répartition des champs sonores surround Les pièces en forme de couloir, exagérément longues par rapport à leur largeur Les pièces en sous-pente Les pièces parfaitement carrées, encore pires si le côté du carré est un multiple de la hauteur sous plafond. Les pièces rondes

Cela dit, si la seule pièce où vous pouvez installer votre Home Theater tombe dans l'un de ces cas, il ne faut pas dramatiser: L'installation n'est pas infaisable, elle coûtera seulement un peu plus en traitement acoustique.


Une forme de cauchemar pour une installation ....

Une particularité très avantageuse de certaines pièces, généralement dans des bâtiments anciens, est d'avoir des murs qui ne sont pas rigoureusement parallèles. Si c'est le cas, considérez que c'est une chance.

-Disposition dans la pièce
Pour bien choisir une pièce, une étape nécessaire est de dessiner sur un plan l'implantation des différents éléments, à l'échelle.
Il faut que l'ensemble, y compris les sièges prévus pour l'auditoire, puissent tenir sans gêne pour l'accès, ni pour les autres usages de la pièce si c'est la cas d'une pièce de vie.
De préférence, on choisira un axe de projection à peu près médian à la pièce, une dissymétrie flagrante appelant une correction acoustique lourde: Les réflections du mur latéral sont courtes d'un côté, et longues de l'autre. La gêne est garantie...

Enfin, et contrairement à ce que beaucoup croiraient spontanément, il est presque toujours préférable que l'axe de projection soit dans le sens de la largeur de la pièce plutôt que dans sa longueur, lorsque le recul est suffisant pour satisfaire les critères vidéo, évidemment.


Comparaison des trajets d'ondes directes et réfléchies latéralement suivant deux dispositions dans la même pièce

En effet, les réflections sur les murs latéraux d'une pièce dans le sens de la longueur sont naturellement plus courtes que dans le sens de la largeur, les murs étant dans ce cas plus éloignés. Or, les réflections courtes (précisément, celles dont le trajet retarde l'onde, par rapport à l'onde directe des haut-parleurs, de moins de 15 millisecondes. Avec une vitesse du son de 343 m/seconde, la différence de trajet est de 5,14m ou inférieure) sont les plus nuisibles à l'intelligibilité et la qualité globale du son.
Subjectivement, les murs latéraux sont ceux que l'on perçoit comme déterminant la taille de la pièce. On a donc toujours intérêt à ce qu'ils soient le plus loin possible...

Enfin, un calcul des modes propres de la pièce permet de placer de manière optimum les sièges par rapport aux haut-parleurs (enceintes acoustiques, excusez l'anglicisme), si vous disposez d'une certaine flexibilité dans ce placement. Ce calcul, confiez-le à votre acousticien.

2. Aménagements de la pièce
Il y a long à écrire sur le sujet...Et beaucoup de conflits aussi! Entre le décorateur, la maîtresse de maison, l'acousticien, le maître de Feng-Shui et le guru de la vidéo, il peut se produire un mélange détonnant. Notre préoccupation se limite ici à l'acoustique et à la vidéo, ce qui est beaucoup plus simple...

a. Les aménagements vidéo
Ils consistent en deux choses:

Contrôler l'éclairement de la pièce Positionner le couple Projecteur / Ecran

Le contrôle de l'éclairement d'une pièce permet de faire l'obscurité ou la pénombre à la demande, mais aussi d'éviter le parasitage de l'image par des réflections.

Pour cela, les dispositions à prévoir sont:

Occultation des sources de lumière. Si possible, elles seront motorisées et couplées, de manière à ne pas avoir une corvée de fermetures multiples à assumer à chaque projection. Cela dit, tout dépend du nombre d'ouvertures: s'il y a une seule fenêtre, il n'est pas bien difficile de tirer un rideau occultant. S'il y a une douzaine, c'est une autre histoire... Elimination des réflexions.

Il faut éliminer tout miroir, ou même sous-verre dans le champ de vision, lorsqu'on regarde l'écran de face.

Par ailleurs, certains écrans ne sont pas totalement opaques. Dans ce cas, il faut éviter d'avoir un mur blanc juste derrière l'écran, ou pire, une vitre. Si c'est le cas, on peut toujours prévoir un occultant noir déroulable, ce qui est fortement recommandé. Enfin, si possible (et compatible avec les critères de décoration pour un lieu de vie), choisir des couleurs neutres et mates sur les parois environnant l'écran, plafond compris.

Pour positionner le couple Projecteur / Ecran, il faut d'abord se référer aux abaques du constructeur du projecteur. Le mieux est de placer d'abord l'écran, à bonne hauteur (typiquement, la base de l'écran doit de trouver entre 50cm et 60 cm du sol). Ensuite, toujours si c'est possible, positionner le projecteur de manière à ce qu'une correction de trapèze ne soit pas nécessaire, c'est toujours mieux pour la qualité de l'image.
Remarquons qu'un projecteur fixé au plafond sera moins facile à déplacer où à changer (vous pouvez avoir envie d'emmener votre projecteur lorsque vous partez en week-end), mais sera beaucoup moins « dans vos jambes » en usage quotidien.

b. Les aménagements acoustiques
Dans une pièce dédiée, les aménagements sont à décider. Une connaissance solide de l'acoustique est nécessaire pour éviter des erreurs. Dans le cas d'une pièce de vie, soit l'acoustique est déjà bonne, et tout va bien, soit elle est mauvaise, et il faut la traiter.
La première chose à faire est d'évaluer cette acoustique...

Les problèmes les plus symptomatiques sont les suivants:

Acoustique trop réverbérante
Si votre salon résonne d'une façon qui rappelle un hall de gare ou une cathédrale, n'y implantez surtout pas un système audio! Ce type de défaut est souvent lié à des décorations et architectures modernes, présentant des parois dures et un grand dépouillement du mobilier. Esthétiquement, de tels intérieurs peuvent avoir une beauté hiératique qui ont de quoi séduire. Mais déjà, au niveau du confort acoustique, ils sont invivables. Si en plus vous voulez y faire du son, vous vous apercevrez vite de la catastrophe.

Le remède, hélas, passe par un changement de style: Il faut ajouter du mobilier, si possible absorbant, avec des formes complexes, des tapis, des revêtements muraux, bref tout le contraire de ce qui était recherché par l'architecte... Choisir, après tout, c'est renoncer.

Acoustique trop mate
Si vous avez le sentiment oppressant d'être dans une chambre sourde, c'est que votre pièce est trop amortie. Vous aurez des problèmes d'équilibre tonal, de niveau sonore, et les messages sonores manqueront de « vie ». Le remède est plus compliqué que dans le cas précédent. L'idéal est de tout enlever, et de repartir à zéro.

Echo « flutter »
Ce fléau acoustique se localise entre deux parois parallèles réfléchissantes. Pour le déceler, tapez dans vos mains. Si, après le son de l'impact de vos mains, vous percevez un deuxième impact plus faible, puis un troisième, etc, faisant une sorte de « floc!floc!floc! », un traitement acoustique est nécessaire. Les remèdes sont l'absorption et / ou la diffraction. Des panneaux acoustiques judicieusement placés peuvent résoudre le problème. Là encore, laissez l'homme de l'art choisir le modèle, la dimension et le placement exact. Réflections derrière les enceintes + effet de sol
Si vos enceintes sont placées devant des murs réfléchissants, étant omnidirectionnelles aux fréquences les plus basses, elles vont générer des réflections très courtes qui reviendront vers la zone d'audience. Là encore, vous aurez une perte d'intelligibilité et des irrégularités dans la courbe de réponse. Les solutions connues sont le traitement absorbant, le bafflage des enceintes, ou tout simplement le choix d'enceintes « in wall ».
L'effet de sol est bien connu parce que très visible sur une courbe de réponse. Il s'agit d'une réflection franche, courte, produisant une opposition de phase avec l'onde directe quelque part dans le bas médium (typiquement entre 200Hz et 600 Hz).Si cette réflexion est difficile à éliminer, elle peut être écartée de la zone d'écoute de façon géométrique: Une table basse bien positionnée peut résoudre le problème. Modes propres à la pièce
Toute pièce en forme de « boîte à chaussures » génère trois modes axiaux fondamentaux, augmentés de tous les modes harmoniques. Lorsque deux ou plusieurs de ces modes coïncident dans l'espace, il se produit de graves irrégularités dans la réponse acoustique. Vous percevrez le problème en constatant des variations de niveau de grave lorsque vous vous déplacez dans la pièce.
Pour éviter cet écueil, il n'y a que deux solutions: éliminer un ou plusieurs modes, ou éviter de se placer à un endroit où ils coïncident. Une mesure précise de la réponse acoustique de l'ensemble enceintes / pièce est recommandable.

Cet aperçu a pour but d'aider un amateur à choisir une pièce pour l'installation de son Home Theater en évitant des erreurs trop courantes, parfois irrécupérables. Dans la version « A à Z pro » de ces articles, vous trouverez une approche bien plus détaillée, à travers l'analyse d'une installation de référence. Nous sommes justement en train de faire la modélisation acoustique de ce futur show-room, avant de tracer les murs. Si vous souhaitez comprendre comment on procède, alors rendez-vous au prochain article « A à Z pro  2».



© 1999-2018 SENTICOM

Contactez-nousFlux RSS