Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

Infocus LP350

14 novembre 2000


Brûlure rétinienne sous 1300 Lumens...

InFocus confirme son statut de leader mondial de la vidéo-projection numérique à vocation tant vidéo qu’informatique, avec la sortie d’un nouveau modèle basé sur la désormais célèbre technologie DLP (Digital Light Processing), développée par Texas Instrument. Cette petite luciole répond au nom de LP-350 et va en toute logique trouver bonne place dans les rangs de la série LP-300 du constructeur - qui fut au passage gratifié d’un prix d’excellence lors du dernier rassemblement PC EXPO de New York.

La construction et la présentation de cette machine résume à elle seule la philosophie du groupe : proposer dans un encombrement réduit au strict minimum des performances élevées et une universalité permettant de faire face à tout type d’applications. Pari tenu, si l’on en croit les spécifications fièrement avancées par le géniteur.


InFocus LP-350 :

Il est vrai que la présentation d’un vidéo-projecteur ne constitue pas un atout majeur au moment du choix, celui-ci étant en général condamné à opérer dans l’ombre.

Cependant, il faut avouer qu’il est toujours agréable d’être séduit par l’esthétique d’un produit qui représente, mine de rien, un investissement de plusieurs dizaines de milliers de francs et, fort heureusement, le LP-350 fait sans conteste partie de ces appareils qu’il est agréable de regarder.

Le coffret aux dimensions compactes (l : 27,7 ; L : 28,6 ; h : 9,9 cm) présente un design sobre aux formes joliment arrondies, un peu dans l’esprit bio-design qui sévit un peu partout ces derniers temps. La fixation au plafond de cette petite bête ne risque pas non plus de porter atteinte à votre intégrité physique, le LP-350 affichant à peine 3 petits kilos sur la balance. Bref, lorsque InFocus présente l'un de ses rejetons comme étant "portatif", on peut définitivement le prendre au sérieux.

Dans le domaine qui nous intéresse (je veux bien entendu parler de la littérature byzantine du XVème siècle...), cet accélérateur de particules lumineuses dispose également de sérieux arguments techniques à faire valoir :

Une matrice en vrai XGA permettant une définition de 1024 x 768 pixels (faites chauffer les scallers !), une luminosité plus que probante de 1300 lumens et un rapport de contraste annoncé pour 400:1, le tout développé par une lampe surpuissante de 270 watts à la longévité respectable de 2000 heures d’utilisation.

Comble du raffinement, le LP-350 se révèle compatible avec les normes draconiennes de la télévision Haute Définition (HDTV), soit 720 lignes en affichage progressif ou 1080 en trames entrelacées. Bien évidemment, ce dernier cas de figure nécessitera une interpolation de l’image de manière à convenir à un affichage aux 1024 lignes de résolution permises par le vidéo-projecteur.

Rassurez vous : ce "re-formatage" ne se fera pas au détriment de l’aspect 16/9ème que pourrait revêtir le signal vidéo, qui sera ici totalement préservé. Mais inquiétez vous tout de même un peu, car la gestion de 16/9ème sur le LP-350 est purement logicielle, la matrice n’étant pour sa part qu’au format 4/3.

D’où la double nécessité d’un scaller, pour pouvoir exploiter au mieux les quelques 786 432 pixels disponibles (soit 40% de plus qu’une résolution S-VGA 800 x 600 standart).

Et, alors que l’on pourrait s’inquiéter des aptitudes purement home cinéma de ce projecteur aux chiffres taillés en apparence pour l’imagerie DATA, InFocus nous rassure en avançant l’argument "Home Theater Quality", un traitement maison destiné à sublimer les signaux vidéo, mettant un accent tout particulier sur le rendu naturel de la restitution.

Une bénédiction qui viendra compléter les excellentes prestations dont peut nous gratifier la technologie DLP lorsqu’elle est bien employée - en termes de fidélité des couleurs et de profondeur des noirs notamment.

Il est en revanche regrettable que ce souci de qualité à l’égard de la vidéo n’ait pas été répercuté sur la partie connectique. Ici, pas d’entrée YUV ou même RGB de disponible, il faudra nous contenter d’une simple prise S-Vidéo ou (pire !) d’une vulgaire liaison composite pour y relier nos sources diverses et variées.

Les utilisateurs de DVD-Rom seront pour leur part bien mieux lotis, avec la présence sur l’appareil de connecteurs DVI pour le transfert des signaux numériques du futur (certaines cartes graphiques en sont d’ores et déjà équipées) et d’un port USB pour les liaisons plus conventionnelles en analogique.

Question ergonomie, InFocus a voulu que son petit prodige soit clair et intuitif d'utilisation : menu à l’écran très complet, gestion automatique des formats vidéo PAL / SECAM / NTSC, ainsi que des niveaux noir/blanc et de l’alignement, connexion simplifiée "CableWizard" propre au constructeur pour un montage au plafond plug & watch. Bref, le LP-350 devrait être aussi difficile à mettre en œuvre qu’un album des Spice Girls en studio : c’est dire la simplicité !

Le zoom, d’un rapport de 1/25, et la mise au point de l’objectif seront en contrepartie manuels.

Vu au SATIS sur de nombreux stand au sein desquels il aura manifestement suscité l’admiration, le LP-350 devrait être disponible dans toutes les bonnes échoppes à l’heure où vous lirez ces lignes, pour un prix avoisinant les 46 000 francs. Il est livré de série avec moult accessoires en tout genre (mallette de transport, télécommande, câblage informatique et vidéo, etc.).

Pour en connaître encore d’avantage sur le produit, je vous invite à télécharger la brochure couleur au format PDF (et en français !!!) ou, mieux encore, à tester la démo interactive du produit, accessible via le lien dans la colonne de gauche de cet article.


© 1999 - 2018 SENTICOM

Contactez-nous

Flux RSS