Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

Sony SS-AR1 : retour du géant japonais sur le marché des enceintes haut-de-gamme

25 mai 2012


En marge du salon High End de Munich, dans un chic hôtel situé dans le centre ville, Sony présentait à une poignée de journalistes son enceinte haut-de-gamme SS-AR1.

La SS-AR1 est une enceinte colonne dont la conception se rapproche de la SS-AR2 décrite précédemment en actualité. Sa caisse a bénéficié d’un très grand travail de recherche pour contrer les phénomènes d’ondes stationnaires et de résonances, et l’ajustement entre la caisse et le baffle est si précis qu’il est possible de les maintenir imbriqués sans colle.

sonysony

Le baffle de 5 cm d’épaisseur est un laminé d’érable japonais prélevé au mois de novembre, lorsque le grain est le plus fin. Il n’est pas employé pour toute la caisse car il donnerait un son dur et agressif. La caisse est donc réalisée en bouleau finlandais. Sony admet avec bonne volonté ne pas avoir développé les haut-parleurs, qui sont d’origine Scanspeak.

Les démonstrations furent réalisées avec du matériel simple et efficace, un amplificateur intégré Accuphase et un lecteur CD/SACD DP-600 du même fabricant japonais.

sonysony

Écoute

Les SS-AR1 sont des enceintes plutôt transparentes, et n’affichant que très peu de coloration. La restitution est vivace, avec une bonne dynamique, pour une retranscription simple et sans chichis. On ne note pas de rondeur particulière, si ce n’est celle des Accuphase.

La scène sonore est juste avec un placement dans l’espace particulièrement convaincant. Comme en 3D, on pouvait percevoir des effets de profondeur voir même de jaillissement sur certains instruments. Sur de bons enregistrements et/ou du SACD, ces enceintes ont un son très “live”, ce qui ne sera pas sans plaire aux puristes.

sonysony

La restitution des notes de faible intensité se fait avec une grande facilité, si bien que l’on peut percevoir un léger murmure sur l’extinction de certaines voix (Nat King Cole – When I Fall in Love). Mention spéciale à un morceau de trompette introuvable où l’instrument et son musicien semblaient présents dans la pièce, ce qui était paradoxalement irréel.

Concernant l’extension dans le bas du spectre, rien de transcendant, ce qui est dommage pour une enceinte d’un tel gabarit.


Tout savoir sur ...

© 1999 - 2018 SENTICOM

Contactez-nous

Flux RSS