Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

Acoustique et Décoration : Des frères ennemis? - Part 1: Généralités

30 juillet 2006


Entre décorateurs et acousticiens, l'atmosphère est souvent tendue. On peut souvent dire, de ces deux professions, qu'elles ne s'aiment pas. Cela étant, beaucoup de décorateurs n'ont aucun préjugé, n'ayant jamais eu affaire à des acousticiens et donc  ne sachant pas à quoi ils ont échappé!
Les premiers affectionnent les vastes espaces lumineux, murs de plâtre blanc, marbre et grandes baies vitrées, "let the sushine in". Les fondus de la vidéo apprécieront…

Les seconds ne rêvent que de revêtements en mousse alvéolé, de parements très "esthétiques" en forme de diffracteurs de Shroëder, des pyramides inversées au plafond et autres "bass trap".

Si vous voulez voir une belle empoignade, réunissez-les avec un maître de Feng-Shui, la rigolade est assurée - à condition qu'il ne s'agisse pas d'aménager votre intérieur.

Pourtant, il ne s'agit que d'une seule et même chose.

Il s'agit des aménagements, ameublement et parements de l'intérieur d'un habitat. Seule la philosophie est différente. Alors, pourquoi cela semble-t-il inconciliable?
La réponse est souvent dans le caractère des individus, et si le compromis semble exclu pour chaque "spécialiste", c'est parce que par "philosophie" il comprend "religion", tendance intégriste.

1° Quand vous rencontrez un intégriste, fuyez!
Un intégriste de l'acoustique se fait un point d'honneur à ne faire aucune concession – comme tout intégriste – à ce qui n'est pas sa préconisation. Si vous le consultez, il n'hésitera pas à vous effrayer des conséquences possibles d'une quelconque déviation par rapport à sa ligne directrice. Son but est de faire de votre intérieur Home-Cinéma une référence de l'acoustique, toute autre considération étant évacuée sans autre forme.

En cela, il rejoint tout à fait l'architecte d'intérieur, qui pratique assidûment le culte du beau dans lequel son ego trouve une dimension à l'ampleur de sa facture (au sens comptable, pas au sens "qualité de réalisation"): Lui aussi rejette toute concession à de viles considérations telles que les axes de circulation, la fonctionnalité des aménagements, et si vous lui parlez d'acoustique il sort ses gousses d'ail et son crucifix.

Dans les deux cas, l'homme de l'art décline toute responsabilité si ses préceptes ne sont pas suivis à la lettre, ce qui est certes compréhensible. Le problème est que si vous les suivez, vous allez devoir vivre dans un lieu invivable.
Une pièce aménagée comme un studio d'enregistrement n'est ni spécialement agréable à l'oeil, ni fonctionnelle pour la vie quotidienne. De plus, même si l'acoustique est favorable au Home Theater, elle peut être oppressante dans la vie quotidienne.
Un lieu de vie dédié au culte du soleil va être affligé d'une réverbération telle que vous subirez un stress permanent, assorti d'une migraine permanente et d'une furieuse tendance à vous disputer avec l'être aimé qui partage ce lieu avec vous.

Si vous ressentez ce genre de tendance chez votre prescripteur se réclamant de l'une ou l'autre de ces étiquettes, changez-en sans hésiter.

2° Le bon sens ne nuit jamais
Revenons à l'objet du débat: Il s'agit d'aménager votre sweet home avec, par exemple, un vrai système de Home Theater en projection frontale.
Vous contactez des conseillers extérieurs parce que vos connaissances en acoustique, en audio , en vidéo sont insuffisantes pour réaliser une installation à la hauteur de votre attente. Egalement, qu'il s'agisse d'une salle dédiée avec un déco "cinéma" ou d'une pièce de vie, vous souhaitez un cadre plaisant et esthétique et vous n'avez pas vraiment d'idée sur le "comment faire".
Votre démarche est positive, on ne peut être omniscient.

Cependant, gardez à l'esprit que c'est vous et non vos prescripteurs qui allez vivre dans cette pièce et utiliser l'installation Home cinéma.
Toute pièce est d'abord fermée par des parois (murs, sol , plafond) qui présentent chacun un état de surface d'origine, ou un revêtement.
Ensuite, on y dispose des meubles, étagères, placards, sièges (on ne regarde pas un film entier debout…) ainsi que des appareils (Projecteur, écran, enceintes, électroniques, mais aussi des appareils n'ayant rien à voir, tels que radiateurs, etc…)

Chaque surface, qu'elle soit d'une paroi ou d'un meuble présente plusieurs caractéristiques: Couleur, forme, surface, position, coefficient d'absorption acoustique.

La couleur ne concerne pas l'acoustique, et le coefficient d'absorption ne concerne pas la décoration. Mais toutes les autres caractéristiques d'une surface impliquent les deux domaines.
De plus, on ne peut en aucun cas dire qu'un objet ou une surface est mauvais(e) ou bon(ne)du point de vue acoustique sans prendre en compte les reste de son environnement.
Similairement, si un objet semble laid ou beau (là, contrairement à l'acoustique qui est une science physique, on entre dans un domaine à haute subjectivité), il peut être perçu très différemment en fonction de son environnement.

La palette de possibilités est donc immense, et il doit toujours y avoir une possibilité de réconcilier les critères de l'acoustique et de la décoration, à condition de le vouloir.

Pour aménager un pièce de façon optimum, il faut donc connaître les critères de l'acoustique et avoir du goût.

La seconde condition est toujours remplie, subjectivement: Si d'autres trouvent que vous avez un goût exécrable, après tout ce sont les autres… Et puis c'est vous qui habitez là.
Si un décorateur intervient, là, bravo! Vous maîtrisez votre ego, ce qui est remarquable.
La première condition, elle, n'est en principe jamais remplie, sauf si c'est votre métier: On ne s'improvise pas ingénieur en acoustique, et un bon résultat passe par un conseil en ce domaine.
L'idéal est donc d'avoir affaire à un ingénieur en acoustique qui ait du goût; ou au moins qui partage le vôtre.

Je ne vous donnerai pas de recette-miracle pour concilier esthétique, confort, et acoustique Home Theater, et j'en suis désolé: Il n'existe ni recette universelle, ni miracle prêt à consommer.
Je vais cependant vous donner quelques exemples de choses possibles, et des principes de base qui vous permettront de dialoguer au mieux avec les hommes de l'art.

Rendez-vous au prochain article.

Par Patrice Congard, responsable intégration de Anagram-Acoustics



© 1999 - 2018 SENTICOM

Contactez-nous

Flux RSS