Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

Un Home Theater de A à Z PRO : Partie 1 La construction d'un auditorium show-room

17 août 2005


Pour illustrer la réalisation d'un système Home Theater, Quoi de mieux que de décrire la réalisation d'un show-room? Tout dépend de ce qu'on entend par show-room... S'il s'agit de présenter un maximum de matériel dans un minimum de surface, l'intérêt n'est pas grand. Mais dans le cas présent, il s'agit au contraire de réaliser un système unique qui fonctionne le mieux possible.
Une autre notion intervient, qui rend l'étude de ce cas encore plus pertinent: Il doit s'agir d'une pièce dédiée, réalisée avec une très grande liberté d'aménagements et de traitements, mais qui doit pouvoir être une pièce de vie crédible.

La série d'articles qui suit, en alternance avec des articles plus génériques et moins techniques, détaille pas à pas et en temps réel la réalisation de cette auditorium. Notons au passage que la société qui réalise ce show-room n'est pas un magasin vendant du matériel, mais un prestataire de service conseil en acoustique et installateur.

Ce lieu est donc destiné à démontrer un savoir-faire bien plus que du matériel. C'est ce qui m'a enthousiasmé dans ce projet, et m'a amené à y participer.

1° Etat des lieux
L'endroit se trouve en proche banlieue est de Paris (93), dans une petite zone industrielle d'accès facile. Le bâtiment est construit en brique et béton, et comporte deux niveaux.

Un local de 120 m2 a été consacré par la société, en face de son bureau. L'intérêt particulier de ce local est qu'il n'est mitoyen avec aucun autre espace occupé et que son plafond est le toit du bâtiment.
Il n'y a donc aucun problème d'isolation phonique.

Ce local va être aménagé en trois parties:

Une petite pièce d'accueil Le show-room Un atelier laboratoire servant à réaliser, entre autres, les essais acoustiques.

La hauteur sous faux-plafond est de 2.51 m, un vide de 15 cm restant au-dessus. Un Velux fournit de la lumière par le toit, et deux fenêtres donnent sur la façade. Des cloisons restent d'un aménagement précédent, et seront abattues. Des poutres, poteaux et un décrochement devront être pris en compte dans la conception.

En résumé, nous avons pour un concepteur de Home Theater ce qui s'apparente presque à une page blanche pour un écrivain...


Vue de la salle disponible avant travaux

Plan de la salle

Autre vue de la salle disponible avant travaux

2° Cahier des charges général
La vocation du système est de présenter un savoir-faire technique et les performances exceptionnelles qu'il permet d'obtenir dans un budget, certes haut de gamme, mais restant réaliste.
D'autres contraintes, de bon sens, sont ajoutées:

a) Cohérence totale du son et de l'image . Cette cohérence touche plusieurs domaines:

Le son et l'image doivent être synchronisés spatialement, c'est à dire que l'origine du son se trouve là où l'image le suggère. Ceci implique que les trois enceintes frontales soient derrière l'écran. Le volume sonore doit être cohérent avec la taille de l'image Les niveaux qualitatifs du son et de l'image doivent être en rapport (çà fait toujours plaisir)

b) Discrétion du système
Si la pièce est entièrement réalisée pour être un show-room de Home Theater, çà ne doit pas se voir. En fait, il faut que le moins d'éléments possibles soient visibles.

Il s'agit d'un choix arbitraire: On eût pu décider de réaliser une mini-salle de cinéma, avec une décoration rappelant sa vocation, comme çà se fait souvent aux USA (machine à pop-corn, affiches de cinéma, fauteuils de cinéma, etc...),


Décoration Home Theater par Theo Kalomirakis

Mais non: Nous avons décidé de simuler une pièce de vie de type salon, même si les salons existant n'offrent pas cette totale liberté de conception que nous avons ici.

c) Une décoration agréable
Les goûts et les couleurs sont les choses les plus subjectives qui soient. L'idée n'est pas d'établir une référence en architecture d'intérieur, mais bien plus modestement d'apporter un certain soin aux agencements, au mobilier, aux couleurs et aux textures (dois-je m'inscrire à un cours de feng-shui?).


Image d'après un site feng-shui

d) Un système facile à utiliser
De la convivialité d'un système Home Theater dépend simplement la fréquence avec laquelle on l'utilise. Si une seule personne dans la famille sait le mettre en marche, et que l'entreprise s'avère incertaine et laborieuse, on peut être certain que sont utilisation sera rare. Ceci pose la question de la pertinence de l'investissement...

Donc, votre gamine de huit ans doit pouvoir regarder Teletoon ou Disneychannel sans rien vous demander, de même que votre belle-mère doit pouvoir regarder le DVD remasterisé d'Autant en Emporte le Vent quand elle garde la gamine en question en votre absence.
Pour le choix du programme, elles s'expliqueront entre elles...

3° Cahier des charges acoustique
L'acoustique est le coeur du savoir-faire de la société qui réalise ce show-room. Il est donc logique de mettre en évidence les résultats qui peuvent être obtenus grâce à la maîtrise de cette science.

a) Une acoustique proche du LeDe
Les acoustiques “Live End-Dead End” (LeDe en abrégé) sont les plus prisées pour la réalisation des cabines de contrôle des studios d'enregistrement. Elles consistent en l'élimination des réflexions les plus courtes (typiquement inférieures à 20 millisecondes après l'onde directe), pour ne conserver que les réflexions semi-longues, avant écho (c'est à dire entre 20 ms et 50 ms).

Pour vous donner une idée de ce à quoi çà correspond, une réflexion à 10ms correspond à un trajet d'onde supérieur à celui de l'onde directe de 3,4m. Linéairement, 1ms correspond à un allongement de parcours de 34cm. Les réflexions les plus courtes ont des effets directs sur la réponse des enceintes, qu'elles perturbent sérieusement. De plus, elles créent des effets de filtres “en peigne” qui réduisent l'intelligibilité. Les réflexions plus longues, par contre, donnent la chaleur du son typique des grands auditoriums, ne nuisent pas à l'intelligibilité, et sont suffisamment nombreuses et diffuses pour ne pas perturber la réponse des enceintes.
De plus, les éliminer reviendrait à créer une chambre sourde, dont l'ambiance est particulièrement oppressante, ce qui n'est certainement pas ce qu'on cherche à faire.
On comprend facilement avec les données chiffrées ci-dessus qu'il est difficile d'optimiser ce rapport entre les réflexions courtes et la réverbération souhaitable, plus longue, dans une petite pièce.

b) LeDe et Home Theater
Pourquoi adopter une acoustique de cabine d'écoute dans un Home Theater, alors que çà n'a pas été conçu pour?
Tout simplement parce qu'en Home Theater on retrouve exactement le même souci que dans une cabine d'écoute: Il faut “tricher” avec la taille de la pièce, qui doit paraître acoustiquement plus grande qu'elle n'est: On doit retrouver l'ambiance d'un cinéma dans une pièce qui fait au mieux le dixième de sa surface.

Par ailleurs, les préoccupations d'intelligibilité du son sont les mêmes, et conduisent à éliminer les premières réflexions.

c) Ce que çà implique
Créer une acoustique LeDe est quelque chose qui a été abondamment développé dans le monde de l'audio professionnel, et les savoir-faire existe. Le double problème est que le coût est très élevé, et que l'esthétique est contestable pour une pièce qui n'est pas strictement dédiée.


Par ailleurs, les contraintes imposées pour qu'une cabine soit labellisée “LeDe” sont drastiques sur certains aspects qui ne sont pas nécessaires en Home Theater, comme par exemple l'isolation en double coque, la réduction du bruit de fond, et quelques autres encore. Une démarche plus adaptée est de s'inspirer du concept LeDe et de s'approcher au mieux des performances spécifiées, tout en écartant ce qui est excessivement coûteux et non indispensable, ainsi que ce qui ne peut pas être géré en décoration.
C'est donc ce que nous allons tenter.

d) Zéro mode
Un problème connu dans les pièces d'écoute est la présence de modes de résonance en basses fréquences. Ces modes sont en fait des ondes stationnaires qui font que la réponse en grave est inégale en fonction de la position dans la pièce. Il est facile de traduire: si la réponse en grave varie suivant la position, elle varie aussi en fonction de la fréquence. On est loin de la courbe de réponse plate, idéale.
Pour obtenir quelque chose d'à peu près satisfaisant dans une pièce de vie, on calcule les différents modes de la pièce, et on place les éléments clé (oreilles des auditeurs, subwoofer) de manière à éviter de tomber sur la conjonction de deux ou trois modes de même fréquence.

Comme je l'ai dit, c'est à peu près satisfaisant, ou “moins pire”. Dans le cas présent, nous avons le privilège unique de partir d'une page blanche, c'est à dire d'une pièce qui n'existe pas. On va donc éliminer les modes par la conception même de la pièce. Et hop!

(Un peu plus difficile que çà, rassurez-vous).

Dans le prochain article, je reviendrai sur les cas généraux, un peu plus “light” techniquement, et dans le suivant, nous continuerons l'aventure de ce show-room.

A très bientôt....


Lire aussi :

-Un Home Theater de A à Z PRO Partie 1
-Un Home Theater de A à Z GENERAL Partie 1


© 1999 - 2018 SENTICOM

Contactez-nous

Flux RSS