Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

Barco interview Post Festival de Cannes

6 juin 2003


Pour cette deuxième rencontre avec Alain Remond Directeur Général de Barco France, nous nous sommes intéressés au monde de la projection numérique ainsi qu’au fait que cette technologie, qui s’applique également au marché du Home Cinéma ne cesse d’évoluer, afin de répondre idéalement aux besoins des réalisateurs et autres artisans du film…

Bonjour, est ce que vous pouvez nous parler de votre participation au Festival de Cannes ?
Comme vous l’aviez indiqué lors de précédents articles nous avons participé activement à l’organisation du festival par la mise à disposition de projecteurs dans chacune des salles de projection du festival.
Je m’arrêterais toutefois sur deux grosses projections qui ont eu lieu dans l’auditorium Louis Lumière. La première concerne celle du film « Ghosts Of The Abyss » réalisé par James Cameron. Cette projection en trois dimensions, qui a fait appel à deux gros projecteurs numérique Barco a beaucoup impressionné les spectateurs, au point même que James Cameron lui même nous a indiqué en sortie de salle avoir trouvé bien meilleure cette projection à celle de l’Imax.
L’autre point dont nous sommes fier concerne le patrimoine cinématographique, puisque nous avons eu le privilège de projeter le film Les temps modernes de Charlie Chaplin. Cette œuvre qui à été restauré et numérisée, a été pour nous l’occasion de redécouvrir en numérique et sur grand écran un chef d’œuvre du cinéma.

Quel est votre constat après cette semaine de Festival ?
Cette année, le nombre des films de la sélection projetés en numérique est resté faible du fait essentiellement des délais impartis entre l’annonce de la sélection et le début du festival. Les réalisateurs ne trouvent pas le temps nécessaire pour valider la projection digitale.
Cependant toutes sections confondues, nous avons eu le plaisir de projeter un nombre important de films. Huit auditoriums étaient équipés de nos projecteurs et notamment la salle Bunuel, Troisième lieu du festival, qui programmait au minimum une séance numérique par jour.

L’avenir de la projection passe-t’il par le numérique ?
Tout le monde est aujourd’hui convaincu que le numérique est une technologie aboutie.
Toutefois l’arrivée du 2K va s’en doute marquer une étape supplémentaire dans le gain qualitatif, lors des projections de films réalisé avec beaucoup d’effets numériques comme Starwars et plus récemment Matrix Reloaded.
Toutefois il faudra attendre un certain temps avant que « le tout numérique » viennent supplanter le 35 mm, qui à encore de belles années devant lui.

Concernant la projection de Ghosts Of The Abyss, pensez vous que ce principe sera un jour appliquer à des salles de cinéma grand public ?
L’idée est en train de germer dans la tête d’un certain nombre d’exploitants. En ce qui nous concerne des tests ont été réalisés au Grand Rex à Paris et nous espérons pourvoir annoncer officiellement la projection du film en exploitation publique pour la rentrée de septembre.

Pourquoi avoir opté pour le DLP plutôt que pour les autres technologies mono lampe ?
C’est très simple car à l’heure actuelle seule cette technologie est acceptée par l’industrie du cinéma numérique. Pourquoi ? Car seul le DLP et plus particulièrement le DLP cinema répond aux critères suivants :
Luminosité : le 2K devrait permettre de diffuser sur des écrans de 25 mètres de base Contraste et niveau de noir : on devrait atteindre 2000 :1 sur la prochaine génération qui sera disponible fin 2003 avec un niveau de noir sans commune mesure avec les technologies concurrentes. Uniformité de la lumière et de la colorimétrie : c’est là la principale différence avec toutes les technologies LCD et D-ILA qui ne permettent pas de conserver une uniformité des la montée en température.
On peut également ajouter à cela les spécificités du DLP cinema dont l’échantillonnage colorimétrique sur 15bits,l’ incrustation des sous-titres dans l’image, le cryptage jusque dans la tête numérique, la correction couleur sur 7 points R,V,B mais aussi cyan, magenta, jaune et blanc.

Concernant la partie Home Cinéma quelles seront les nouveautés et évolutions technologiques à venir ?
Le festival à été pour nous l’occasion de présenter la nouvelle gamme CineVersum. Deux salles de cinéma était équipé du dernier vidéo projecteur CineVersum 80 HD2. Ce dernier reprend la technologie de son prédécesseur le CineVersum 80, avec pour évolution la mise en place d’une nouvelle puce HD2 à haute résolution.
Ce dernier-né sera disponible très prochainement. Toutefois nous espérons pouvoir fournir rapidement à la presse une version finale afin qu’elle puisse réaliser les tests adéquats. Côté évolutions technologiques, nous travaillons actuellement sur le principe même de la roue chromatique. Aussi, dans les deux ans à venir nous pensons quelle sera supprimée au profit de trois matrice DLP.

Rendez-vous l’année prochaine à Cannes ?
Au vu de notre collaboration fructueuse de ces dernières années nous sommes convaincus que le festival nous renouvellera sa confiance pour la prochaine édition.


© 1999-2018 SENTICOM

Contactez-nousFlux RSS