Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

Choniques de Cannes 2009, jour 3 : Cannes en crise ?

15 mai 2009


Edouard Baer a eu beau faire le malin et tourner la crise en dérision lors de la soirée d’ouverture en annonçant que le cinéma du “j’ai trouvé un emploi, on va pouvoir manger chaud” allait céder la place aux films “j’ai perdu mon job – ah bon, je ne savais pas que tu travaillais”, Cannes affiche quelques discrets stigmates de la conjoncture internationale. Pour la première fois depuis longtemps, les palaces n’affichent plus complet, les publicités le long de la Croisette sont moins nombreuses et les gigantesques panneaux circulaires et rotatifs dignes des enseignes de la route 66 aux USA ont quasiment disparu. Le critique de Libération a même cru constater que nombre de ses collègues délaissaient les voyages en avion et leurs coûteux acheminements en taxis au profit des TGV. La Grippe A semble presque oubliée à l’exception d’un journaliste masqué remarqué dans le long couloir des casiers de presse.

Au marché du film, dans les sous-sols du palais, là où l’on vend et où l’on achète du film, on remarque que les grosses sociétés de vente ont réduit le nombre des participants. Par contre, le nombre d’exposants a augmenté de 5 %. Autre indice, certaines sélections semblent limiter le nombre de cartons, indispensables sésames des fêtes cannoises. Idem pour les sacs, gadgets et autres panoplies, distribués cette année avec une certaine retenue. Rien de bien grave, les gros sponsors sont toujours là.

Et les films ? Nuits d’ivresse printanière du chinois de Lou Ye présenté en compétition a beaucoup déçu ; trop long, trop de musique, le film ne parvient pas à émouvoir. Bon accueil par contre du dernier film de Francis Ford Coppola, non retenu par la Sélection Officielle, mais judicieusement présenté en ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs. Tetro est d’un splendide noir et blanc, une œuvre étrange et fascinante avec une très belle prestation de Vincent Gallo. La salle a chaleureusement applaudi ce vénérable réalisateur, valeur sûre d’une Quinzaine des Réalisateurs fort prometteuse.



© 1999 - 2018 SENTICOM

Contactez-nous

Flux RSS