Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

Cannes 2002 : Le Home Cinema vu par SOFT ADS

28 mai 2002


Une installation pas comme les autres

Cannes est sans nul doute un lieu privilégié pour y séduire les stars ainsi que les autres acteurs du monde du cinéma et de la télévision. Or pour figurer parmi la liste des partenaires de cet événement et s’attirer ainsi les louanges de ce public, la société Soft ADS qui est spécialisée dans les domaines du broadcast et du cinéma à chez soi, avait installé sur une plage un système Home cinéma ultra haut de gamme.

Nous avons donc été invités au festival pour vous présenter une installation incroyable. Enfin, digne de celle que tout bon fan de Home Cinéma rêverait de posséder. Alors rendez-vous pris, c’est sur la Palmeraie, la plage privée de l’Hôtel Martinez que nous nous sommes rendu, afin d’assister aux démonstrations proposées par l’équipe de Michel Sonnier.

C’est sur une surface mouvante (du sable) remise à niveau, sur laquelle une structure ultra rigide à été déployée, que les équipes de ce concepteur de choix ont pu démontrer leur savoir-faire en matière d’installation et d’intégration. Néanmoins sachez que cette configuration pré-montée a nécessité près de trois jours de montage, alors que d'usage il ne faut qu’une seule journée pour monter l’ensemble.



La société Soft ADS qui c’est spécialisée dans la conception de salles haut gamme présentait ici une installation intégrant ce qui peut se faire de mieux. Il faut noter que cette activité de réalisation sur mesure attire une clientèle assez élitiste : "Un grand nombre de nos clients demandent à ce que tout soit domotisé, intégré, beau et surtout spectaculaire. Pour ce faire nous avons donc décidé de présenter ici une configuration complète, qui fait appel au top du son et au top de la vidéo" nous indique Michel Sonnier.
Vous vous en doutez, le résultat présenté est à la mesure des ses paroles. En effet pour la partie vidéo nous trouvons un vidéo projecteur tri tubes Barco Ciné Max. Celui-ci est accompagné d’un scaler professionnel de marque Vigatech, capable selon l’installateur, de faire bien mieux que certains concurrents beaucoup plus cher.
Côté sources trois lecteurs de DVD viennent se fondre dans une baie amovible qui mesure tout de même plus de deux mètres. Deux lecteurs Micromega ainsi qu’un Pioneer DVD 747 pour la partie DVD Audio sont reliés au scaler en YUV, de quoi assurer au Ciné Max une qualité de signal optimale.
Coté toile, Soft ADS qui travaille depuis quelques années avec Oray a opté l’écran MASK micro perforé. Cet écran monté sur un cadre rigide permet au spectateur de visionner sur une toile unique, tous les formats d’image disponibles. C’est en effet un masque motorisé qui vient définir les dimensions de l’écran.



Côté son, les connaisseurs reconnaîtrons la signature de Soft ADS, qui privilégie une fois encore le système JBL Synthésis One. Cette configuration audio multi-canal est ici montée en version "Extended" avec deux enceintes arrières supplémentaires. Pour la petite histoire sachez que touts les éléments placés au plafond sont montés sur des ascenseurs, de quoi camoufler les enceintes et le vidéo projecteur.
L’ensemble des HP est géré par trois blocs d’amplification de chez JBL (plus de 1000 watts) ainsi que par un processeur JBL SDP40 issu tout droit des laboratoires Lexicon. Vous remarquerez que cette petite bête n’est autre qu’un Lexicon MC12 à qui l’on a changé la couleur de la façade et implanter un bios quelque peu customisé.
L’autre élément important est la présence d’un système de filtrage dédié à la ré-équalisation des voies avants et des caissons de graves. L’ajout de ce système permet de remodeler à souhaits, les courbes sonores pour tirer un maximum de performances des enceintes.
Pour parfaire le tout, on notera que l’ensemble de la configuration est gérée par une unité de commande à distance de marque Crestron, qui utilisée ici pour commander la quasi-totalité du système audio vidéo ainsi que la lumière.

L’autre originalité présentée est le système Odyssée développé par la société canadienne D-Box, qui se base sur le principe de la simulation de mouvements des sièges asservi à l’image. Plus concrètement : on installe ici un contrôleur que l’on relie à quatre vérins hydrauliques capables de simuler des accélérations de 2G. Ces derniers sont placés aux quatre coins d'une plate-forme (celle-ci supporte ici 3 sièges). Pour cette salle proprement dite il aura fallut quatre plate-formes sur lesquelles viennent prendre place les douze banquettes. Toutefois, l’ensemble des vérins est au préalable relié à un module de gestion qui gère la lecture du signal sur CD-Rom et l’amplitude des mouvements de chaque vérin. En tout cas au final, le résultat est de pouvoir immerger le spectateur dans l’action du film, aussi bien lors d’un crash que d’un mouvement de Steady Cam.



Du point de vue acoustique on se doute bien que ce genre d’installation nécessite un budget important. Alors une fois encore on n'est pas en reste, puisque tout est choisi de manière à isoler traiter et corriger. Nous remarquerons peut être un petit défaut, notamment lors des écoutes en mode audio, nous nous sommes rendu compte que la diffusion était trop directive sans doute à cause des piliers en bois lisse trop proches des enceintes. Celles-ci renvoient le son, en dénaturant parfois (c’est minime) certaines sonorités. Selon Soft ADS "Nous pensons revoir l’acoustique, c’est pourquoi nous réalisons actuellement une configuration encore plus cohérente. Nous souhaitons ainsi créer un espace dans lequel nous intégrerons des matériaux issus de l’aéronautique, il faut dire que nous travaillons en ce moment même avec Dassault, qui nous livrera prochainement des panneaux permettant un traitement acoustique plus optimal".

Au passage la société Arkamys Sound Process, le spécialiste français de la spatialisation sonore présentait aux professionnels ainsi qu’a la presse, son procédé de traitement audio en postproduction. Là encore nous avons pu remarquer l’engouement des spécialistes envers ce procédé, qui à mon goût pas assez connu puisqu’il permet de donner de la profondeur et de la vie à certaines bandes son qui n’en ont pas. En tout cas je vous invite à participer aux démonstrations dès que vous en aurez l’occasion...

Bon vous l’aurez compris nous avons à faire à une grosse installation qui ne se destine qu’aux personnes ayant les moyens de débourser quelques 300 000 Euros. Quoi qu’il en soit la démonstration aura porté ses fruits puisque Michel Sonnier a vendu cette belle réalisation dés les premiers jours du festival ! Toutefois en ce qui me concerne, je suis encore émerveillé par l’efficacité du simulateur de mouvements D-Box. Je reviendrais dessus pour vous en parler plus en détails.

-Accéder au photo-reportage

-Accéder aux photos en 360 degrés de la salle Home Cinema



© 1999-2018 SENTICOM

Contactez-nousFlux RSS