Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

Festival de Cannes : coup d'oeil, jour 8

24 mai 2007


Avant que ne courent les rumeurs de palmes, quelques tendances des différentes sélections. La Quinzaine des réalisateurs est toujours très branchée. Projeté aujourd’hui, Smiley Face de Gregg Araki a fait fureur. Cette comédie camée a pour effigie le petit smiley, ce petit rond sympathique qui accompagne les mails de nos chers adolescents auxquels le film s‘adresse. Toujours tendance, mais plus intello, la sélection de courts métrages modestement nommée : O Estado Do Mundo (l’état du monde). On y attend au tournant quelques fines fleurs de la cinéphilie actuelle : Apichatpong Weerasethakul, Pedro Costa et Wang Bing.

La Semaine Internationale de la Critique s’est littéralement enflammée avec sa programmation de films hispaniques. La projection en présence de Gael Garcia Bernal, ambassadeur de la sélection de cette année, a failli tourné à l’émeute avec près de 1500 personnes présentes. Une première dans l’histoire de cette sélection dont l’affiche a particulièrement retenu l’attention des festivaliers. Un Certain regard a joué la carte de l’international avec de nombreux films, sympathiques et exotiques, venus d’Uruguay, de Chine ou de Suède.

Jusqu’à aujourd’hui, point de scandale ni de scènes chocs, le festival évoluant sans heurt, avec une certaine sagesse. Le seul petit mystère avait concerné un certain Hervé Picard, un jeune inconnu, qui avait été sélectionné. Il s’agissait en fait de Claude Lelouch. Notre célèbre réalisateur, qui ne doute de rien, craignant de voir son film bénéficier du prix de la Caméra d’or (premier film), a fini par dévoiler son identité.

Avec ses 40.000 accrédités, du 16 au 26 mai, Cannes déborde. C’est une ville dans la ville. La nouvelle salle du soixantième anniversaire ne suffit pas à accueillir les festivaliers. De célèbres critiques ont même été refoulés à plusieurs reprises. La seule extension possible est virtuelle. Rendez-vous donc sur Second Life pour fuir les dures réalités cannoises. On peut virtuellement y acheter le palais pour 1500 €. Une affaire !



© 1999 - 2018 SENTICOM

Contactez-nous

Flux RSS