Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

Playstation 2

14 janvier 2001


Le test... tout simplement !

La PlayStation 2 constitue d'apparence un résultat définitivement atypique... la "chose" ne ressemblant à rien de ce qu'il nous a été donné de voir jusqu'à présent dans le monde de l’électronique grand public : pure merveille de design ? ou disgracieux croisement entre un convecteur électrique et une représentation miniature de l'Empire state building ?... les avis sont de toute évidence franchement partagés et ceci n'est en définitive que pure affaire de goût personnel.

Bref, notre sujet n'est en rien de disserter sur le design de la PSX 2 : le propos est de tenter une synthèse aussi objective que possible entre les avis - là encore très partagés - portant sur les prétentions techniques de la petite dernière de chez Sony, sur laquelle tout et son contraire a été dit. Concentré de technologie pluri-fonctionnelle ou simple console tentant maladroitement de se faire passer pour une platine DVD ? là est toute la question...


Test vidéo

Le test débute par la connection de la dream machine sur un diffuseur de 50 hertz, engin du type téléviseur acceptant, en entrée péritel, les standarts vidéos RVB, S-vidéo ou composite (la configuration de branchement étant pour la circonstance réalisée avec le cordon composite livré dans la machine).

Celle-ci branchée, joypad plugué (si vous n’avez pas de télécommande infrarouge, il vous faudra utiliser la bonne vieille mannette, qui s’avère en l'occurence quelque peu rébarbative), nous découvrons avec surprise, en naviguant dans les menus de configuration, que la PSX 2 peut également être reliée à un diffuseur vidéo en YUV, RVB, S-vidéo ou composite. Quel plaisir ! Nous avons en effet un cordon RVB (à l’origine utilisé sur une Playstation) et c’est donc avec une certaine hâte que nous débranchons le câble livré d’origine et relions la PSX 2 en RVB.

La console réallumée, nous configurons le menu de sortie vidéo au standard tant désiré et insérons le dernier disque de démo DTS... le bruit des rotations consécutives à la lecture du disque se fait entendre... et soudain, l’image nous apparaît de couleur verte. Intrigués, nous insérons un autre DVD pour, quelques secondes plus tard, obtenir le même résultat...

Nous introduisons alors le disque de démo "quelque peu jouable" livré avec la console et là, par miracle, l’image est parfaite : plus de vert prononcé mais de vraies couleurs. Vous avez deviné, la PSX 2 n'est en effet compatible RVB qu'avec les jeux, et non avec les DVD - ce qu'un lecteur DVD bas de gamme à 1490 francs est pourtant parfaitement capable de faire, mais passons... force nous est donc de tester la PSX 2 uniquement en composite (quelle épreuve...).

Petit rappel d'usage : selon ses concepteurs, la PSX 2 serait comparable aux meilleurs lecteurs du marché. Nous décidons donc de comparer ses performances à celles d’un lecteur Sony DVP-S7700 - également pour l’occasion relié en composite (quel malheur !...).

Hantise, issu du DVD de démo DTS constitue pour l'occasion le titre "épreuve" : sur la scène de fuite de l’héroïne dans les couloirs de l’immense château, nous examinons l’image produite par la PSX 2 qui, unanimement, nous paraît froide et très peu détaillée, un bruit vidéo venant de surcroît parasiter quelque peu l’image (ce dernier se caractérisant sous la forme d’un scintillement persistant).

En comparaison, le DVP-S7700 se comporte d’une toute autre manière : l’image est fluide à souhait - même en composite ! - et les couleurs sont ici chaleureuses et chatoyantes, le tout bénéficiant d'un piqué d’image excellent, un plaisir pour les yeux, quoi !

En vue de confirmer cette première impression assez décevante, nous choisissons Hotel California des Eagles, ce morceau d’anthologie étant considéré par la plupart des pro du home cinéma comme le meilleur titre de démo. Résultat identique : la qualité de traitement des signaux vidéo de la PSX 2 est de loin inférieur aux performances annoncées par le constructeur, sa base de décompression vidéo correspondant plutôt à un lecteur DVD d'entrée de gamme que l'on aurait déniché dans un magasin de discount.

Il convient cependant de relativiser ces performances, quasi-communes, surtout en composite. Il aurait toutefois été utile que les ingénieurs de chez Sony nous proposent le RVB sur tous les supports. L’élément réconfortant sera ici l’YUV qui, lui, est compatible avec le DVD et les jeux (nous espérons pouvoir tester cette section bientôt).

Par ailleurs, comme nous vous l’annoncions lors du reportage sur le drive du lecteur DVD (voir notre article du 25 octobre 2000), nous vous confirmons que celui-ci est intégré dans le hardware - à l’inverse du modèle japonnais qui est sur une memory card -, ce qui signifie que les futures mises à jours seront beaucoup plus limitées pour la version Européenne de la PSX 2.


Test audio

Après ce sérieux bémol apporté aux véritables performances vidéo de la PSX 2, et afin de vous rassurer quelque peu, sachez tout de même d'emblée que le test audio est de loin beaucoup plus concluant que ne le fut le test vidéo...

Comme pour la section vidéo, le DVD démo DTS nous a servi de support test. Même motif, même punition... ou plutôt même chapitre, même scène : Hantise et la course folle... Reliée en optique sur un amplificateur audio-vidéo dernière génération, la console fournit des résultats sont presques ébourrifants, tant au niveau qualitatif que dynamique : le rendu est en effet hyper détaillé, voire presque trop à notre goût, cela étant dû en partie à un taux de traitement et de sortie audio beaucoup plus important que ceux proposés sur les lecteurs DVD de salon.

Il faut bien évidemment confirmer que tous les formats audio proposés sur la PSX 2 sont respectés avec assurance, du Dolby prologic jusqu’au DTS, en passant par le Dolby Digital.

Histoire de corser le jeu, nous insérons alors le DVD de démo THX surround EX, qui intègre les nouveaux trailers THX surround EX. Bien que non labélisée par Sieur Lucas, la PSX 2 traite avec excellence la totalité des sons issus du DVD, au point que, face à un DVP-S7700, elle tient incontestable la route, se positionnant dans le cadre audio, bien au-dessus des performances sonores des lecteurs bas et moyen de gamme. Il faut dire que les niveaux de sorties - comme nous vous le disions plus haut - ont été ici boostés par les ingénieurs, ces derniers ayant vraisemblablement choisi d'en mettre plein les oreilles au spectateur.

Côté audio pur et dur et sur deux canaux, la PSX2 nous semble peut être trop agressive, du fait de ce surplus d’énergie transférée. C'est en effet sur un morceau écouté en stéréo (unplugged de Baby face) que cela se ressent le plus : les notes de guitare jouées par Eric Clapton sont bien détaillées et même trop, ce qui confère une certaine froideur des timbres lors de la restitution - à faible comme à fort niveau.

Afin de parfaire le test, nous voulons enfin tester un titre étallonné à 96 khz pour des quantifications de 24 bits. Malheureusement, la lecture est refusée sur ces formats, les convertisseurs n'étant ici uniquement proposés pour ne traiter des flux audio qu'en 44.1 voire 48 khz... de quoi se faire tout de même plaisir !


Conclusion

Selon nous, la PSX 2 est encore loin des performances vidéo des lecteurs DVD moyen et haut de gamme du marché. Nous sommes en revanche plutôt rassurés par ses performances audio, qui nous ont semblé très honorables, compte-tenu du prix auquel est proposée la console.

Il faut cependant reconnaître que cette plate-forme hybride permettra néanmoins aux néophytes de faire un premier pas dans le monde du home entertainment et de découvrir ainsi les plaisirs de la restitution audio-vidéo. En revanche, elle ne sera sans doute pour les aficionnados que le moyen d'ajouter de nouvelles fonctionnalités ludiques à leur installation. En définitive, il est vrai qu’à 2990 francs, la Playstation 2 semble aujourd’hui le meilleur moyen de bénéficier à "moindre" coût d’un support multimédia "muli-fonctions".


PS : nous avons - naturellement - également testé la section jeux, pour sa part incroyablement performante. Il y a là de quoi se faire quelques frayeurs, surtout si la console est reliée à un système audio-vidéo complet !


© 1999-2018 SENTICOM

Contactez-nousFlux RSS