Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

Anagram Acoustics : une installation casse-tête

10 juillet 2006


Jean-Pierre Charrier, responsable des installations pour le compte de la société Anagram-Acoustics, nous fait part dans l’article qui suit, de la mise en œuvre d’un système Home Cinéma dans la maison d’un particulier.
De l’étude acoustique, aux paramétrage du système en passant par tous les étapes de la réalisation d’une salle d’écoute multi canal.

Nous avons été contactés par Mr. Luc Lavigne (pseudonyme) pour “réorganiser” son installation Home Cinema.
Lors d’une première visite à son domicile, une charmante maison de ville du début du XXe siècle dans le Gâtinais, nous avons pris la mesure de ce que signifiait le terme “réorganisation”. Une installation existante se trouvait dans le salon, consistant en un pack d’enceintes JM Lab Cobalt, un amplificateur A/V Yamaha, un lecteur DVD Pioneer 525 et un écran plasma.

La demande de notre client était de transférer le tout dans une pièce dédiée, un ancien grenier sous les combles d’environ 35m2. Il convenait également de changer le système d’image, en passant en projection frontale avec un projecteur NEC HT 1000 qui traînait dans un carton depuis deux ans.

A priori, rien de bien excitant, sauf que…

Un bref examen de la pièce montrait que la réorganisation consistait à installer totalement la pièce, avec installation électrique, habillage, décoration , traitement acoustique, et pour finir installation du système.
En fait, l’installation du système s’avérait n’être qu’une partie mineure, et la plus facile, des travaux.
Un examen plus détaillé révéla un sérieux problème d’isolation phonique: La pièce était juste à côté et au dessus d’une chambre d’enfant. L’escalier et le plancher sont de simples planches sur lambourdes, ne procurant quasiment aucune isolation phonique.
S’il n’est pas très compliqué d’isoler un plancher, un escalier s’avère beaucoup plus délicat. Pour aggraver la situation, l’envers de cet escalier se trouvait être juste dissimulé par une mince couche de plâtre constituant une soupente dans une salle de bains.

Enfin, la forme de la pièce, typique d’un grenier, comporte deux soupentes longitudinales au sens obligatoire de projection, lui-même défini par la géométrie de l’ensemble. Idéal pour créer des réflexions courtes de nature à brouiller le message sonore et à réduire l’intelligibilité.

La première étape fut de convaincre le client que sa “réorganisation” était un chantier sans commune mesure avec ce qu’il imaginait, et impliquant un budget à l’avenant.
On réalise toujours difficilement que le budget décoration d’une pièce brute atteint très facilement le budget d’une installation Home Cinema tout à fait correcte.
C’est pourtant très souvent le cas.
Mais pour Luc, c’est encore autre chose: Il s’agit non seulement de décorer, mais d’isoler phoniquement, de traiter l’acoustique, d’installer l’électricité, et pour finir… de s’occuper d’audio et de vidéo.

La bonne idée concernant l’isolation a été d’isoler l’escalier à l’aide d’une trappe qui ferme la trémie par le dessus. Ainsi, la trappe sépare l’escalier de la pièce.
Une simulation en 3D nous montra que la soupente au dessus de la trémie était tellement basse qu’elle empêchait l’ouverture de la trappe telle qu’imaginée initialement. Nous avons d’abord envisagé de tourner de 90° son sens d’ouverture, mais des considérations esthétiques nous contrariaient dans ce type de solution. Par le dessin, nous avons pu voir qu’une réduction de la longueur de la trappe était possible sans que les personnes montant l’escalier ne se cognent la tête, à moins de mesurer 2m ou plus.

Évidemment, Il était nécessaire que la trappe soit isolante, y compris aux basse fréquences, ce qui implique une masse non négligeable.
En pratique, après calcul, nous arrivons à environ 75 kg., ce qui n’est guère manoeuvrable à la main, du moins pour l’épouse de Luc et leurs enfants.
Nous avons donc décidé de motoriser cette trappe avec un moteur Somfy monté sur un tube d’enroulement actionnant une élingue renvoyée par une poulie.

Le reste de l’isolation a consisté en la pose d’un plancher flottant recouvert d’un moquette. Le résultat s’est avéré convaincant, avec une isolation globale de 42 dBA une fois la trappe fermée.

Restait à concevoir l’acoustique interne par rapport à la mise en œuvre du système audio/vidéo. Un problème était les deux soupentes dans l’axe de projection, redirigeant des réflexions franches très courtes.
Ces deux soupentes ont été traitées majoritairement en zones absorbantes, à l’exception de quatre panneaux diffractants AcoustiCraft de type LAWD, deux à mi-distance entre l’enceinte centrale et la zone d’audience, deux au niveau de l’audience pour favoriser la diffraction des surround.

Les trois enceintes frontales on été disposées de manière à aligner la hauteur des tweeters, et sont disposées derrière un écran acoustiquement transparent Screen Excellence de 95 pouces fixe sur cadre. Pour cela, nous avons été amenés à dispose les deux grandes colonnes gauche et droite Cobalt le tête en bas.
Un cadre de la profondeur des enceintes a été construit autour de l’écran à la fois pour dissimuler les enceintes et l’absorbant autour, destiné à amortir les premières réflexions arrière dues au mur du fond.

L’arrière de la pièce a été traité de façon réfléchissante, de manière à diffuser au mieux l’environnement des surround, ici des unipolaires, ce qui n’est pas le type d’enceintes que nous aurions choisies, mais puisqu’elles étaient là…

Le subwoofer a été installé dans l’angle avant droit de la pièce, complètement dissimulé par une fausse porte en tissu sur cadre, dans le prolongement des étagères. La position du subwoofer réduit l’excitation des modes propre, principalement longitudinaux dans le cas de cette pièce, et apporte un gain non négligeable

Une décoration a été déterminée en concertation avec le client: Basée sur une couleur dominante rouge carmin, qui rappelle les cinémas traditionnels, et sur des placages en bois sombre, ici du “sardoine calvados” avec des teintes brunes et rouge.
Un bandeau de lampes Led encastrées souligne le bandeau inférieur finissant la soupente gauche, tandis qu’un meuble de rangement placé à droite reçoit les appareils, le subwoofer et des étagères pour les DVD. Une série de lampes à faible intensité sur col de cygne avec un variateur permet de chercher un DVD sans allumer l’éclairage général.

Un plateau suspendu masque le projecteur (fixé à la faîtière) par le dessous, et reçoit également une couche absorbante pour réduire le bruit de ventilation.

Une occultation a été prévue pour l’unique fenêtre, qui, située face à l’écran, créait un contre-jour insupportable.

Globalement, l’ensemble répond de façon très satisfaisante, bien qu’il reste des détails perfectibles:
La décoration procure un ambiance chaleureuse, et si elle n’est pas véritablement celle d’un cinéma, elle le rappelle par les couleurs comme par des détails en clins d’œil.

L’isolation acoustique est satisfaisante, et la fermeture automatisée de la trappe ajoute une touche de solennité à chaque séance, comme un début de cérémonie.
Le son est ample, précis et très présent. Parfaitement en cohérence avec l’image, on se laisse aspirer par le spectacle qui procure la globalité des salles de cinéma.

Nous regrettons que le projecteur n’accepte pas le signal du lecteur de DVD en mode progressif, la qualité de l’image y eût gagné. Ce projecteur n’est de toute façon pas un modèle récent, et l’installation gagnerait à ce qu’il soit remplacé.

Nous regrettons aussi l’absence d’une télécommande intégrée, regroupant de toutes les télécommandes qui prennent place sur la table basse, devant le canapé. Il s’agit là d’un choix du client, qui préfère avoir une télécommande par appareil, ce qui ne peut se discuter.
Enfin, nous avions craint que les enceintes surround ne procurent, par leur directivité unipolaire, un son trop directif, mais le traitement acoustique de la zone arrière rend cet inconvénient imperceptible.

En conclusion, avec un chantier qui dura quand même trois semaines, nous avons réalisé, à partir d’un système simplement posé autour d’un plasma et d’un grenier en friche totale, une vraie salle de cinéma à domicile qui est conforme à notre appellation Exclusive Cinema.

ANAGRAM ACOUSTICS

3 rue marcel Dassault
93360 Neuilly-Plaisance
Tel : 01 43 02 16 77

Email : jeanpierre.charrier@anagramme.fr
Web : www.anagram-acoustics.fr



© 1999 - 2018 SENTICOM

Contactez-nous

Flux RSS