Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

Festival de Cannes 2011 : mélange des genres

19 mai 2011


Lars Von Trier, Xavier Durringer et Aki Kaurismaki

Des oiseaux morts tombent du ciel. Le corps d’une mariée remonte le courant d’un ruisseau. Une mère porte un enfant et s’enlise dans l’herbe grasse d’un terrain de golf. Un cheval meurt au ralenti. Telle est l’apocalypse selon Lars Von Trier, traquant les névroses d’une famille riche qui s’apprête à affronter la fin du monde. La planète Melancholia va entrer en collision avec la terre, le drame intime explose sous la menace cosmique. Melancholia n’est finalement pas très éloigné de The Tree of life au regard de ce mélange de genres qui voit la science fiction s’infiltrer dans le cinéma d’auteur. Au cœur de cette synthèse métaphysique, Lars von Trier ne renonce pas à mettre en scène les figures de pécheresses qui hantent sa filmographie.

Visionnez la bande annonce de Melancholia

Autre tentative de fusion, celle de la fiction avec le documentaire et notamment avec l’histoire immédiate, à savoir l’élection de Nicolas Sarkozy. Avec La Conquête, Xavier Durringer veut lever un tabou du cinéma français qui, d’après lui, peine à s’emparer du réel. Pour imposer ce virage, le réalisateur a fait le pari de l’imitation. Bernard Lecoq imite Jacques Chirac à la perfection, Denis Podalydès se coule dans le costume du Président avec le professionnalisme qu’on lui connaît tandis que les autres comédiens incarnent des sosies plus ou moins fidèles de l’équipe de campagne. L’autre parti pris de réalisation, plus convaincant, vise à mettre en parallèle la victoire politique avec la défaite amoureuse. Hélas pour lui, ce film très attendu souffre de la comparaison avec le Pater d’Alain Cavalier, tellement plus vif dans sa façon d’aborder la comédie politique.

Visionnez la bande annonce de La Conquête

Si quelqu’un n’a pas dévié de sa ligne de conduite, c’est bien Aki Kaurismaki. La lumière du_ Havre_ y est la même que celle de sa Finlande natale. Sa fantaisie, intacte, est même réenchantée par Jean-Pierre Darrousin qui passe ainsi avec une belle élégance du port de Marseille à celui du Havre.

Visionnez un extrait de Havre



© 1999-2018 SENTICOM

Contactez-nousFlux RSS