Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

Convertisseur ou lecteur CD : avec ou sans horloge externe? Ecoute DCS chez Présence Audio Conseil

28 janvier 2011


Il y a quelques temps, nous nous sommes rendus chez le revendeur Présence Audio Conseil pour une écoute des plus intéressante.

Il s’agissait de comparer plusieurs produits DCS, un DAC Debussy et un lecteur CD Puccini, avec ou sans horloge externe. En effet, l’utilité d’un tel dispositif est souvent contesté, mais une écoute sérieuse nous a permis de trancher sur la question.

La source utilisée pour le DAC Debussy était soit un ordinateur soit le lecteur CD intégré Puccini utilisé en drive seul, dans un premier temps. Nous avons écouté les deux, avec et sans horloge. Nous commençons l’écoute avec horloge “master clock”…

DAC Debussy, ordinateur, horloge

DCS Puccini U-ClockDCS Puccini U-Clock

Avec un ordinateur, musique rippée avec iTunes, on note une grande vérité dans la restitution des drums et cordes frottées. Le piano semble très sec avec une attaque franche, un bon délié et une extinction optimale des notes. Rien ne semble noyé dans le nuage numérique auquel nous sommes habitué. Même sur un message musical complexe, cet ensemble – plutôt onéreux – s’en tire à merveille, avec une mention spéciale sur la capacité à entendre chacun des instruments, sans pour autant perdre en cohésion, et la remarquable profondeur de la scène sonore.

DAC Debussy, ordinateur

On retire l’horloge. Les différences sont certes minimes mais existent. Bien que la scène sonore soit conservée, on note moins d’espace entre les instruments, moins “d’air”, moins d’évidence dans la restitution du message musical. Les attaques sont en outre moins franches qu’avec l’horloge.

DCS Debussy DACDCS Debussy DAC

Lecteur CD Puccini, sans horloge

L’écoute du système en passant d’un ordinateur à un lecteur CD, pourtant haut-de-gamme, nous a laissé perplexe. Sur les mêmes morceaux, on pouvait constater une distorsion peu évidente mais néanmoins présente sur un piano, une syndrome de jitter plus marqué qu’avec un ordinateur….

Mais, car il y’a un mais, la descente dans le grave est bien meilleure, certes moins défini, mais un grave plus profond et moins étriqué. L’ensemble est globalement plus confus.

Lecteur CD Puccini, avec horloge

Là est la surprise. On assiste à un vrai concert. Le détourage des instruments est très marqué mais tout en subtilité. Toutes les qualités mentionnées pour le précédent système (DAC Debussy, ordinateur, horloge) se retrouvent au superlatif. Un avantage sur le PC? D’un point de vue purement technique ce n’est pas logique, étant donné que les informations sont lues bit par bit par la mécanique de l’ordinateur et relues encore et encore si jamais des erreurs sont détectées, et non pas interpolées comme sur un lecteur classique.

DCS Puccini CDDCS Puccini CD

Source PC, conversion PCM vers DSD réalisée par l’horloge, conversion par le Puccini

L’écoute suivante, complexe à mettre en oeuvre, nous a permis de mettre en évidence un phénomène inexplicable: la différence entre deux convertisseurs supposés être rigoureusement identiques, les Ring DAC intégrés dans chaque DCS.

On dénote ici un léger manque du subtilité, très probablement lié à la longueur du trajet que le signal a à parcourir, mais l’écoute présente une musicalité extrême. On perçoit mieux les différents sons sans effet “massis” caractéristique du matériel d’entrée de gamme, les effets de réverbération sont plus évidents et s’éteignent plus distinctement. Là encore, la notion “d’air”, la distinction entre les instruments, est plus présente.

DCS Puccini U-Clock backDCS Puccini U-Clock back

Alors, y’aurait-il un avantage au DAC intégré dans le Puccini, par rapport à celui du Debussy supposé être rigoureusement le même? Ou alors les étages de sorties sont-ils meilleurs? Car nonobstant une perte de définition liée à la longueur de la chaîne du signal dans cette configuration, les résultats dépassent tout ce qui a été obtenu précédemment.

Conclusion

Pour en revenir à ce qui nous intéresse, il est donc évident qu’une horloge apporte bien plus que ce que l’on peut imaginer à la qualité sonore, bien que le prix ne soit pas anodin (3 900€), que cela doit en terme de définition que de scène sonore, de subtilité, de détail, d’atténuation de l’agressivité….

Si vous possédez déjà un appareil DCS (ou même Esoteric par exemple) sans horloge, et songiez à cet investissement, nous ne saurions trop vous le recommander, en tant que passionnés de concert et de la restitution musicale.

Consultez la fiche produit du Puccini CD
Consultez la fiche produit du Debussy DAC


Tout savoir sur ...

© 1999-2018 SENTICOM

Contactez-nousFlux RSS