Logo CineNowCineNow, votre quotidien hifi, vidéo, home-cinéma

Recevez nos actualités chaque semaine :

Anagram Acoustics : Description détaillée de l'auditorium

9 février 2005


Suite à notre reportage sur cet auditorium bien particulier, nous revenons plus en détail sur les techniques mises en œuvre. Rappelons que la conception de cet auditorium a été décrite pas à pas dans les articles de Patrice Congard "Un auditorium Zéro Mode" (Série "Un Home Cinema de A à Z"). La collaboration de Patrice avec la société Anagramme, responsable du projet, a fini par aller plus loin: Il a désormais rejoint l'équipe de Anagramme (depuis Décembre dernier) pour s'occuper du département Home Cinema ANAGRAM ACOUSTICS.

Nous allons ici faire la synthèse et la conclusion de cette série d'articles, ainsi que le bilan de cette aventure.

Tout d'abord la conception des volumes a été le fruit d'une collaboration entre Bruno Soudan, ingénieur en acoustique, et Jean Pierre Charrier, responsable du design chez Anagramme.

A partir d'un concept défini en commun, un modèle a été défini sur le logiciel Architecte3D qui permet de visualiser l'aspect général, la position des différents meubles et éléments. Les données chiffrées (positions, dimensions) ont été affectées de coefficients d'absorption pour être transcrites dans le logiciel de simulation acoustique E.A.S.E.

Une série d'allers-retours ente les deux logiciels a permis d'aboutir à un design général de la pièce.

Vue de l'auditorium en simulation à l'état de projet

Un avant-goût de la décoration, conçue par Jean Pierre Charrier, a été faite simultanément.

A la base du design acoustique, on trouve des idées radicales, possibles dans le cas présent puisque rien au départ n'était défini. Il s'agit bien entendu d'un exercice de style, la conception acoustique pouvant et devant se plier à des volumes existants dans la plupart des cas.

Ces idées sont exprimées en critères, comme suit:

Absence totale de modes propres ou ondes stationnaires dans la pièce Absence de réflexions courtes, arrivant à l'oreille avec un retard de moins de 10 millisecondes (par rapport à l'onde directe), pour les trois enceintes frontales

A ces critères purement acoustiques ont été ajoutés des critères électroacoustiques fondamentaux:

Environnement Surround de type cinéma Placement des trois enceintes frontales derrière l'écran, pour une cohérence respectée entre l'image et le son. Filtrage actif des enceintes frontales, avec délai réglable (impliquant l'usage d'un filtre numérique) pour un calage correct du lip-sync.

Ajoutons à cela la recherche d'une décoration agréable, et le projet se trouve déjà sur des rails… Il reste ensuite à décider des éléments constituant le système proprement dit.

Là encore, la fonction crée l'organe, comme disait W.Reich.

Les critères acoustiques et électroacoustiques définissent plus ou moins les enceintes: elles doivent être "In-Wall", et à filtrage actif pour les frontales. De plus, elles doivent être d'excellente qualité (tant qu'à faire).

Elles ont été conçues en collaboration avec AcoustiCraft, Anagramme ayant défini précisément le cahier des charges.

Le filtrage a été confié à un filtre numérique Behringer DCX 2496 (24 bit, 96 kHz pour les intimes) qui présente l'avantage de comporter trois entrées et six sorties, exactement le format nécessaire à la bi-amplification de trois enceintes.

 

 

Il se trouve que d'autres filtres présentent des caractéristiques équivalentes, mais leurs prix sont très largement supérieurs (BSS, par exemple). Les réglages du filtre ont été faits in situ à l'aide d'un dispositif de mesure Clio 6.5. par Patrice Congard, qui avait entre-temps rejoint l'équipe Anagramme.

Il faut noter que ces mesures ont été faites à travers l'écran acoustiquement transparent Screen Research (modèle sur cadre fixe, finition velours, base 240 cm 16/9).

Outre les possibilités impressionnantes de réglages et configurations offertes par les filtres numériques, ils possèdent une caractéristique particulièrement précieuse dans notre application Home Cinema: Le "lip-sync", ou synchronisation du mouvement des lèvres (l'image) avec le son, qui se fait approximativement à la distance d'écoute moyenne.

Il se trouve en effet que le traitement d'image dans un vidéoprojecteur retarde le signal vidéo d'au moins une trame, soit 1/2 image, soit 20 millisecondes en PAL et 17 ms en NTSC. Un tel retard n'est aucunement rattrapé par les réglages de délais offerts par les processeurs audio/vidéo, à quelques coûteuses exceptions près.

Un retard calé en regardant des films nous a amené à…18 millisecondes! Ce qui démontre bien que la théorie et la pratique ne sont pas toujours en conflit.

Attention cependant si vous pratiquez ce genre de réglages: Certains réalisateurs de films (Luc Besson, notamment) décalent volontairement d'une image de cinéma (1/24 sec. Soit 42 millisecondes) la synchronisation pour créer un effet artistique. Choisissez bien votre film étalon!

Les surround
Le choix a été de reproduire au plus près, compte tenu de l'espace, les conditions du cinéma. Ceci amène à multiplier les enceintes surround, ce qui permet d'utiliser des unipolaires plus simples à intégrer "In-Wall" que des dipolaires.

6 enceintes AcoustiCraft Rear One ont été réparties de la manière suivante:

Deux enceintes par côté, en opposition de polarité, reproduisant les voies arrière gauche et droite. Deux enceintes à l'arrière, dans le diffracteur de Shroeder, alimentées chacune par un canal d'amplificateur (on aurait pu les alimenter en parallèle, mais puisqu'il restait un canal disponible…), câblées en même polarité, recevant le signal arrière centre.

En l'absence de filtrage numérique (enceintes passives), il restait à les écarter virtuellement le plus possible de la zone d'écoute. Les processeurs A/V permettent de les retarder jusqu'à 30 ms sous les formats numériques DD et DTS. Pour cela, l'astuce consiste à donner comme valeur de distance dans le menu de configuration des enceintes la valeur minimum disponible (dans le cas présent, 30 cm). Ceci n'a rien à voir avec la distance effective des enceintes (environ 2m), il s'agit juste de compenser le délai ajouté au filtre des frontales pour ajuster le lip-sync.

Les enceintes surround ont toutes été placées à une hauteur de 1.90 m pour être nettement au dessus de la zone d'écoute, comme au cinéma.

Les subwoofers
Oui, "les", car il y en a deux. En réalité, un seul fonctionne en LFE, et les enceintes frontales sont configurées en "LARGE". Ainsi, le message mixé vers les enceintes frontales ne voit pas ses composantes graves mélangées au canal LFE, ce qui est souhaitable: Dans les bandes-son de film, les mixages sont séparés, et ne sont donc pas nécessairement en phase. Les mélanger peut amener à brouiller la netteté du grave, ce qui est un compromis souvent accepté. Mais puisqu'on peut s'en passer!

Donc, un subwoofer AcoustiCraft Solo, alimenté par un amplificateur B&K de 550 W via un filtre numérique à deux canaux QSC DSP3 (Oui, numérique car il faut là aussi retarder le signal de 18 millisecondes pour se raccorder correctement avec les enceintes frontales) traite le LFE. Un autre, son jumeau, alimenté par un amplificateur identique via le deuxième canal du QSC, traite la somme des signaux de grave des canaux gauche, centre, droit pour étendre la bande passante des enceintes frontales.

 

 

 

 

Le reste du système a été sélectionné pour obtenir une excellente qualité en reproduction de type cinéma dans un budget certes élevé, mais restant réaliste: 39 000 €, pose et étude comprise.

Synoptique de l'installation

 

 

Pour ce qui est du résultat, lire le reportage en photos par la rédaction

A lire également pour suivre l'installation étape par étape :

Un Home Theater de A à Z PRO Partie 1 : La construction d'un auditorium show-room Un Home Theater de A à Z PRO Partie 2 : Comment choisir et Bien aménager la pièce Un Home Theater de A à Z PRO Partie 3 : L'étude acoustique d'un auditorium show-room Un Home Theater de A à Z PRO Partie 4 : Les achats Un Home Theater de A à Z PRO Partie 5 : Conception, réalisation et installation d'un ensemble d'enceintes acoustiques Un Home Theater de A à Z GENERAL Partie 1 : Introduction Un Home Theater de A à Z GENERAL Partie 2 : Comment choisir et Bien aménager la pièce Un Home Theater de A à Z GENERAL Partie 3 : Le câblage Un Home Theater de A à Z GENERAL Partie 4 : L'équipement Un Home Theater de A à Z GENERAL Partie 5 : Les enceintes acoustiques

Et aussi pour bien chioisir et éviter des problèmes :

-Pourquoi le Home Cinema ça ne marche pas Partie 1 -Pourquoi le Home Cinema ça ne marche pas Partie 2 -Pourquoi le Home Cinema ça ne marche pas Partie 3 -Pourquoi le Home Cinema ça ne marche pas Partie 4 -Pourquoi le Home Cinema ça ne marche pas Partie 5 -Pourquoi le Home Cinema ça ne marche pas Partie 6 -Pourquoi le Home Cinema ça ne marche pas Partie 7


© 1999-2018 SENTICOM

Contactez-nousFlux RSS